Les estimations de projets de concours

La méthode par μακrο.e3C pour les estimations des concours SIA142 et 143.

Généralité

L’estimation économique de projet de concours SIA 142/143 est bien sûr un des critères importants pour un jury pour l’appréciation et le jugement des projets de concours.
L’estimation par élément faite par un professionnel de l’économie de construction permet au MO d’obtenir une information fiable en un temps limité.

BIM

La révolution en cours dans la méthode de gestion des études et de la réalisation des bâtiments par la modélisation des informations du bâtiment (BIM), impose à l’économiste d’être prêt à intégrer son intervention dans cette logique. Par la maîtrise des modélisations, il disposera de quantités précises et instantanées qui allégeront notablement le temps de son intervention et son coût.

La maîtrise des quantités et la maîtrise des coûts

Le paramétrage des projets sur la base des normes suisses SIA 416 et SN 506 511 qui définissent des valeurs quantitatives de références permet d’avoir recours à des banques de données (BVR) de quantités et de prix, gage d’un travail de qualité.
Il ne faut pas perdre de vue que si la fiabilité d’une estimation dépend principalement de l’exactitude du métré des quantités, et il faut retenir que c’est ce travail de métré qui est le plus gourmands en temps pour l’expert. Un bon métré est le support indispensable à une bonne estimation et garantit son objectivité.
Il est renseigné les valeurs de référence de prix unitaire à la surface (SU et SP), au volume VB, (éventuellement au cube de construction SIA 116), à l’unité fonctionnelle, et au pourcentage.
L’évaluation μακrο.e3C répond à l’exigence définie par les normes SIA du respect d’une marge de +/- 15% pour un avant-projet, soit la phase SIA 112 (102) 3.1 des études et réalisation de projet.
Cette estimation permet au MO de juger l’adéquation de son projet avec ses besoins et ses moyens.

Le classement des projets

Le critère de classement retenu est le prix au m2 de SU, car contrairement à la SP, la SU prend en compte les surfaces de projet qui génèrent un revenu. C’est-à-dire que cet indicateur prend en compte la rentabilité potentielle du projet. C’est l’indicateur économique de projet par excellence. Pour un équipement public, on y verra l’indication d’une rentabilité fonctionnelle (l’utilisation optimisée par un ratio SU/SP favorable).
Les projets sont classés sur une échelle « économique » de 4 degrés, soit : projet économique, projet potentiellement économique, projet dont l’économie est encore à démontrer, projet non-économique.

Synthèse de l'économiste de construction

Un document de synthèse à destination du jury sera fait par l’expert. On y trouvera le tableau des quantités et ratios, ainsi que les tableaux des coûts, pour les μακrο.e3C, pour les CFC, et pour les groupes principaux eCCC, avec les prix unitaires, les ratios principaux (valeurs de référence) et les %.
Des graphiques mettront en lumière les caractéristiques dimensionnelles et les coûts propres à chaque projet. Des commentaires succincts apporteront un éclairage sur l’impact de l’architecture des projets sur leurs coûts.

Estimations complémentaires

L’estimation à partir du découpage par μακrο.e3C permet pour les bâtiments à fonctions multiples, d’estimer par un travail complémentaire le coût de chacun des produits du bâtiment destinés à la vente ou à la location. Ce qui permet de vérifier leur rentabilité en propre mais aussi la rentabilité du projet immobilier dans sa globalité, déjà à ce stade d’avant-projet.

L’utilisation d’une approche par élément par un professionnel de l’économie de construction permet au MO d’obtenir une information fiable en un temps limité. La méthode μακrο.e3C en relation avec les codes des coûts de construction, eCCC-bât, SN 506 511, et CFC, SN 506 500 est celle qui répond le mieux à cet objectif.



Échelle économique à 4 degrés


Graphique selon ratios